ARTISTE PEINTRE Gabriel Landry

Je suis un libre-pensart ! 

Mon œuvre est un kaléidoscope dirigé vers un monde sans frontières, un monde de rêve, réfléchissant à l’infini ma passion pour la peinture et la mise en symbole de la pensée et des valeurs humaines, par la ligne droite, par la ligne courbe et par la couleur pure.

Gabriel Landry est né en 1950 à Natashquan, petit village légendaire du Québec (Canada) situé dans golfe du Saint-Laurent. Son enfance et ses étés d’adolescent se déroulent à cet endroit où la mer à perte de vue fait partie du paysage qui s’offre à ses yeux. Inspiré par une nature encore à l’état sauvage et des horizons lointains, il développe dès son jeune âge le goût et l’espoir de vivre dans un univers sans frontières où tous les genres se confondent et où les plus beaux rêves lui sont permis.

Il commence à peindre à l’âge de 12 ans et la peinture devient vite le mode d’expression à travers lequel il souhaite se réaliser. À 16 ans, il participe à un concours de peinture régional à Québec et remporte le premier prix. Le peintre Francesco Iacurto était président du jury. Durant son adolescence Gabriel Landry découvre Picasso et le cubisme. Dès lors, il s’initie à cette nouvelle forme d’art qui lui permet de voir la réalité autrement que l’œil peut la voir. Du même coup, il s’éveille à cette approche artistique qu’il a développée et qu’il utilise aujourd’hui. Celle-ci se caractérise par la mise en symbole de la pensée et des valeurs humaines, et ce, dans ce style qui a évolué au fil des ans et qu’il qualifie de symbolisme-cloisonniste.

Trois ans d’études en art publicitaire (de 1969 à 1972) le mènent également à participer à un autre concours dont il sort gagnant, celui de l’affiche officielle du Carnaval de Québec, événement d’envergure internationale. S’en suivent au fil du temps plusieurs autres reconnaissances, des réalisations diffusées à l’international et de nombreuses expositions tant solo que collectives qui l’ont mené à exposer de Natashquan à New York, en passant par Québec, Montréal et autres endroits à travers le Québec, ainsi qu’à Halifax, dans le cadre du Sommet du partenariat pour les océans du G7. À cela, s’ajoute la publication d’un livre portant sur 22 de ses œuvres dont six d’entre-elles ont fait la une pour le lancement d’un magazine. Un film-fiction inspiré de la vie et de l’œuvre de Gabriel Landry est en voie d’être terminé et fera l’objet d’une télésérie de 24 épisodes de 50 minutes.

Le travail pictural de Gabriel Landry aborde principalement des thématiques philosophiques, poétiques, humanitaires ou spirituelles, dans un style qu’il qualifie de symbolisme-cloisonniste. Son approche symbolique lui permet des mises en scènes picturales qui traduisent ses visions du monde par des moyens d’expression spécifiques. Chaque tableau contient, en ce sens, une petite histoire ouverte à de multiples interprétations. La méthode du cloisonnement, quant à elle, assure un équilibre des formes ainsi que la décomposition des figures par tranches telles qu’utilisées dans un vitrail ou un prisme. Ses tableaux sont des huiles sur toiles pour lesquelles il emploie différentes tonalités de couleurs généralement appliquées en aplats.

En explorant ainsi diverses thématiques, ses tableaux racontent des histoires, des sortes d’allégories qui invitent le spectateur à s’y promener comme dans une auberge espagnole en y trouvant le message qu’il veut bien lui apporter.