PEINTRE Patricia Renel

Le style, pour l’écrivain aussi bien que pour le peintre, est une question non de technique mais de vision “Paul Valéry”. 

Martiniquaise, Patricia Renel, passionnée par la peinture depuis l’enfance, réalise sa première œuvre en peignant son arrière-grand-mère, tout juste disparue, en hommage à celle-ci. Dès lors, elle ne cessera de peindre. Le travail de son frère, maçon, imprègne son œuvre, dans le travail de la matière, le mariage des couleurs, la dynamisation du mouvement que l’on peut lire sur ses toiles. La musique jazz jouée par son cousin accompagnera l’inspiration de ses premières œuvres pendant plusieurs années.

Après le concours des Beaux-Arts en 1987, elle est sélectionnée pour participer à diverses biennales et expositions en Europe et en Chine, dans lesquelles elle représentera la France et la Martinique. C’est lors d’un vernissage à Paris qu’un de ses tableaux est remarqué par le cinéaste Luc Besson. Le jour où il achète une de ses œuvres, Patricia réalise qu’elle peut faire un métier de sa passion. Elle peindra alors de nombreuses toiles et, sous les conseils du célèbre cinéaste, ouvrira sa galerie d’art à Paris, et commencera à voyager.

Ses voyages constitueront de nouvelles sources d’inspiration pour ses tableaux figuratifs et impressionnistes. Son premier « grand » acquéreur lui ouvrira les portes d’une clientèle renommée, et c’est ainsi que Patricia élargira son réseau professionnel en rencontrant diverses personnalités du monde du cinéma (Festival de Cannes), du show-biz ou encore de la politique.

Ses œuvres, à la fois singulières et originales, révèlent l’âme de cette artiste hors norme qui travaille volontiers au couteau, sa technique de prédilection. Celles-ci sont aujourd’hui exposées de par le monde et continuent à prendre de la valeur.

Mais rien ne vaut les propres mots de l’artiste peintre Patricia Renel pour définir son art :

« C’est un plaisir de partager avec mes amis, mes proches et mes admirateurs, l’ensemble de mes tableaux et d’agrémenter leur décor. C’est bien ma nature profonde et intime qui transparaît dans mes œuvres : terriblement authentique et exaltant dévoilement de mon être. C’est alors que l’œil extérieur et subjectif du spectateur peut imaginer son monde, sa propre représentation au monde. Car l’œuvre d’art n’est qu’une histoire de rencontre qui vit sa propre vie plurielle. L’artiste n’étant que la porte ouverte au voyage. »