Après avoir traversé la douleur de la perte de l’être aimé, après avoir ressenti profondément combien le mouvement de la vie est précieux, fragile, mais aussi inexorable, Catherine Pugeat à choisi de ne plus souffrir, d’agir pour ne pas subir, elle à choisi d’avancer malgré ce qu’elle à perdu, elle à choisi de faire confiance à la Vie.
Catherine choisi de peindre (sans doute serait-il plus juste de dire que la peinture l’a choisie ?) pour être en mouvement, pour être dans la Vie, si ce n’est pour rester en Vie. Sans vraiment savoir pourquoi elle se sentait bien. Il lui aura fallu une longue pratique, une longue expérience, pour qu’enfin elle saisisse le sens. Elle fini par « prendre avec elle », par comprendre, que l’acte de peindre lui permettait de faire silence. Et dans ce silence intérieur elle pouvait sentir, écouter le mouvement de la vie.

18 résultats affichés